JS Kabylie : l’histoire de ce Club de Football Algérien

JS Kabylie : l’histoire de ce Club de Football Algérien

La Jeunesse Sportive de Kabylie (JS Kabylie en abrégé), éternelle prétendante aux titres les plus prestigieux de l'Afrique, semble pourtant éclipsée par certaines des équipes les plus historiques du continent, telles que les Egyptiens d'Al-Ahly et les Ghanéens de Hearts of Oak, et est une sorte d'inconnue en dehors du football national africain. Pourtant, après avoir donné le ton lors des premiers tours de la Ligue des champions de la CAF de cette année, le club algérien basé dans la ville de Tizi Ouzou, dans le nord du pays, mérite certainement, au vu de son illustre passé, une réputation plus globale d'excellence et de succès en série. Il faut savoir que la JKS est une fierté en Algérie, lorsqu’elle joue, vous verrez même en France flotté un drapeau kabyle à la fenêtre.

des drapeaux algériens ou kabyle

La création de la JSK

La JS Kabylie, qui n'a été officiellement fondée qu'en 1946, est née dans un pays déchiré par l'invasion de l'Afrique du Nord française par les Alliés pendant la Seconde Guerre mondiale, alors que les deux camps se disputaient le contrôle de la Méditerranée. En effet, ce ne sont pas seulement les séquelles de la guerre que la Kabylie a dû affronter dans ses premières années, mais aussi les préjugés et les restrictions de la domination coloniale, les équipes islamiques étant contraintes de jouer dans les divisions inférieures en raison d'une paranoïa française infondée à l'égard des clubs sportifs créés par des groupes de la population locale.

Les conflits ont à nouveau freiné le développement du club, qui est entré en hibernation en 1954 avec le déclenchement de la guerre de libération algérienne, une lutte qui a duré jusqu'en 1962, lorsque le pays a fini par être décolonisé et indépendant, ce qui a eu pour effet secondaire de lever les règlements stricts concernant les clubs sportifs islamiques.

1ère division pour la JS Kabylie

Après sept ans en deuxième division algérienne, le Kabylie a été promu en première division en 1969 et a terminé à la sixième place, un résultat admirable pour la première saison du club dans l'élite. Après s'être imposé à l'échelon supérieur, le club de Tizi Ouzou n'a cessé de progresser, remportant le premier de ses 14 titres de champion national en 1973 et faisant ses débuts en compétition continentale en 1978, atteignant respectablement les quarts de finale. Trois ans plus tard, la Kabylie a commencé à asseoir sa réputation de club le plus dominant d'Afrique, en remportant sa première Coupe d'Afrique des clubs champions (aujourd'hui connue sous le nom de Ligue des champions de la CAF) en 1981, marquant un nombre impressionnant de 16 buts en cinq matchs pour remporter le titre.

La JS Kabylie en 1994

Cinq autres titres nationaux ont suivi au cours des années 1980 avant que la Kabylie ne remporte sa prochaine Coupe des clubs champions, en 1990, après avoir battu le Nkana F.C. de Zambie 5-3 aux tirs au but en finale. Cependant, le reste des années 90 n'a pas été - en termes relatifs - une période particulièrement généreuse pour le club, avec seulement deux titres nationaux, une coupe et une coupe d'Afrique des vainqueurs de coupes au cours de la décennie la plus calme que la Kabylie ait connue depuis les années 60.

Une envie de triomphe dans la ligue des champions de la CAF

Après une brève période de transition, le nouveau siècle a vu les Canaris restaurer leur domination sur la scène nationale algérienne, le club remportant des titres en 2004, 2005 et 2006 ainsi que les Coupes de la CAF 2000, 2001 et 2002. Bien que cette maîtrise de la scène nationale soit une bonne chose, le club est conscient qu'il n'a pas ajouté à ses deux grands triomphes continentaux depuis 1990. L'entraîneur suisse Alain Geiger a pour mission de remporter la Ligue des champions cette année et de rétablir la Kabylie comme une force prééminente du football africain, et pas seulement algérien. Il est encore tôt, mais si l'on se fie à la forme de l'équipe contre Ismaily et Heartland, 2010 pourrait bien être un nouveau chapitre doré dans la longue, parfois tumultueuse, mais finalement glorieuse histoire de la Jeunesse Sportive de Kabylie.

Jeunesse Sportive de Kabylie

Commenter